Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ciné-tic

Ciné-tic

"Le cinéma, c'est un œil ouvert sur le monde"


Critique #18 : Maléfique

Publié par Suzanne Astic sur 24 Août 2014, 15:13pm

Catégories : #Critiques

Relecture inopportune du conte mythique qu'est la Belle au bois dormant plus qu'un réel film sur sa célèbre socière Maléfique, Disney se plante en beauté avec ce conte plein de défauts. 

Critique #18 : Maléfique

       Un long métrage sur la sorcière iconique de Disney était une idée assez bien pensée et  intéressante pour amener à diverses pistes artistiques prometteuses.  Et la campagne promotionelle nous encourageait tous à penser que l'entreprise aux grandes oreilles avait envisagé une optique plus ténébreuse et mystérieuse pour ce nouveau film, ce qui n'était pas pour nous déplaire. Bande annonce envoûtante sur fond de Lana del Rey, affiches sombres à souhait. Tant de caractéristiques que nous rêvions de voir se mêler à un univers enchanteur et enfantin sur nos écrans.  Mais ce désir n'était bien qu'un fantasme cinéphile car le résultat se révèle bien en dessous de tout cela. Disney accouche ici d'un long métrage rébarbatif et cliché usant de la même mécanique cinématographique et de la même narration que ses précédentes (et très inégales) adaptations de contes. Dès la scène d'ouverture, nous penserons évidemment au début de Blanche Neige et le Chasseur et le film aura d'hors et déjà un vilain goût de réchauffé. Et si vous pensiez vous raccrochez aux effets spéciaux pour vous sauver de l'ennui, niet. Des créatures peu inventives, un décor synthétique peu crédible et un rendu global incroyablement creux voire par moments assez laid, voilà tout ce que trouveront les amateurs d'univers uniques et fantastiques. Ne parlons pas du scénario qui traîne en longueur passé les vingts premières minutes et des personnages secondaires vraiment mal écrits et donc hyper anecdotiques. Incohérences, redondances et cadrages immondes, le film enchaine les erreurs tant dans son fond que dans sa forme. Les fesses entre deux chaises, il additionne les poncifs écoeurants du genre sans apporter de nouvelle optiques à ce dernier. Et si l'envie de renouveler le conte de la Belle au bois dormant était osée et louable, le film n'en ressort pas plus intéressant et riche. On pourra seulement saluer les quelques belles idées de ce long métrage aseptisé : la relation complexe et tendre entre Maléfique et Belle et le choix d'Angelina Jolie pour le rôle principal. Des idées sympathiques mais maladroitement exploitées car cet amour entre les deux femmes n'est que peu exprimé et le personnage charismatique de Jolie n'est pas aussi présent que l'on pouvait l'espérer. Ajoutez à cela des problèmes de rythme indéniable et une musique insupportable de lourdeur, vous obtiendrez un film mainstream confu et sans intérêt. 

 

Au final, Maléfique n'est qu'un Belle au bois dormant bis, indigeste et à peine divertissant dans lequel se rejoignent clichés, mauvais goût et maladresses techniques. Le plantage total est évité grâce à la prestation intense d'une Angelina Jolie sublime et crédible.

Disney nous avait vendu du rêve mais ne nous a offert à l'arrivé qu'un pêtard mouillé. 

Bande Annonce VOSTFr de Maléfique

Commenter cet article

Archives